QUELS TYPES D’EFFETS INDÉSIRABLES PEUVENT SURVENIR SUITE À UN TRAITEMENT BOTOX?

Je divise les effets indésirables en six groupes. Je les énumère ci-dessous de manière générale, chaque groupe ou effet indésirable faisant l’objet d’une parution spécifique qu’on retrouvera un peu plus loin au sein de la présente catégorie.

1-Effets indésirables liés aux piqûres

On parle ici de bleus, de petites boursouflures et de rougeurs temporaires aux sites d’injection.

2-Effets indésirables liés à la diffusion du Botox

Le Botox agit localement là où il est injecté. Grosso modo, aux dilutions utilisées le plus souvent en Amérique du nord, on considère qu’il diffuse sur un rayon d’environ 5mm autour du point d’injection (un disque de plus ou moins 1 cm de diamètre). Il arrive très rarement (j’ai plus un moins un cas à tous les deux ans) que le Botox déborde légèrement la zone ciblée et diffuse à des muscles adjacents à ceux visés par le traitement. Ce type d’évènement est fort peu fréquent lorsque le traitement est confié à des mains expérimentées.

On dénombre grosso modo trois effets indésirables liés à la diffusion du Botox à des muscles autres que ceux ciblés par le traitement.

Il y a d’abord la ptose palpébrale. Il s’agit d’un abaissement habituellement minime (de l’ordre de 2 à 3 mm) de la paupière supérieur d’une seul côté ( une atteinte des deux cotés serait théoriquement possible, mais je ne crois pas que ce se soit déjà vu) par diffusion d’une minime quantité de Botox à partir d’un point d’injection situé au niveau de la patte d’oie ou de la glabelle vers le muscle releveur de la paupière ce qui a pour effet d’entraîner un relâchement  partiel et temporaire  de ce dernier. La récupération, totale et complète, prends place en en plus ou moins quatre semaines et ne laisse aucune séquelle. Des gouttes prescrites pas le médecin injecteur auront pour effet de corriger le préjudice esthétique en relevant la paupière atteinte le temps que la condition entre spontanément dans l’ordre par elle-même. Il s’agit d’un événement fortuit et le fait d’avoir présenté une fois une ptose palpébrale ne signifie en rien que la condition se répétera dans le futur. Dans mon expérience personnelle, je n’ai connu qu’une seule patiente qui m’ait rapporté avoir été victime d’une ptose à plus d’une occasion (la patiente avait été injectée en Tunisie où réside sa famille).

Bien qu’elle soit rare si on a affaire à un injecteur expérimentée, il est important que les patients connaissent la condition et cela pour deux raisons: d’abord éviter la panique en étant bien informée qu’il s’agit d’une condition somme toute bénigne dont la résolution est complète et spontanée. Deuxièmement, parce qu’il existe une thérapie disponible sous forme de gouttes ophtalmiques lesquelles permettent de corriger le déficit esthétique durant les quelques semaines nécessaires à la disparition de la condition.

Pour des informations plus détaillées sur les caractéristiques de la ptose palpébrale, je vous invite à lire les section qui lui sont consacrées.

Un autre effet indésirable consécutif à la diffusion du Botox à des muscles adjacents à ceux de la zone traitée consiste en une asymétrie du sourire survenant à la suite du traitement des muscles du bas du visage. Il s’agit ici d’une complication encore plus rare que la ptose palpébrale; en fait, depuis une légère modification ma technique d’injection il y a de cela quelques années, je n’ai plus rencontré ce problème dans ma pratique. Comme pour la ptose, le problème est de courte durée (environ trois semaines) et rentre spontanément dans l’ordre sans laisser de séquelle.

3-Effets indésirables liés à une altération trop prononcée de la balance musculaire

Un des effets les plus appréciés lors d’un traitement Botox consiste à l’élévation des sourcils. On cherche par là à mettre les yeux en valeur tout en produisant une apparence reposée et alerte. De plus, l’élévation des sourcils améliore la condition des patients affligés de paupières tombantes. Il peut arriver cependant que l’effet obtenu soit exagéré et on obtient alors ce que l’on appelle dans le jargon esthétique un «Spock», en référence à la forme des sourcils du célèbre personnage de Star Treck (les Français eux parlent d’un Méphisto, l’incarnation du diable dans Faust). La condition peut apparaître d’un seul ou des deux côtés.

Il s’agit d’un évènement relativement peut fréquent si on fait appel aux services d’un injecteur expérimenté. Dans tous les cas, cet effet indésirable relève du simple désagrément dans la mesure où on a un accès rapide au médecin injecteur, car il est possible pour ce dernier de corriger rapidement et parfaitement la situation.

4-Effets indésirables liés à une mauvaise utilisation du produit ou à un traitement trop agressif

On parle énormément des visages figés suite à un traitement Botox et beaucoup pensent qu’il s’agit là d’une condition inévitable ou même du résultat recherché alors qu’en fait cet état de chose représente l’exception.

Il faut savoir que l’intensité de l’effet obtenu d’un traitement Botox est lié directement aux doses employées et qu’une expression figée résulte d’une mauvaise utilisation du produit ou, plus rarement, de la volonté clairement exprimée du patient ou de la patiente d’obtenir spécifiquement cet effet. Un injecteur consciencieux et expérimenté veillera à respecter scrupuleusement les demandes de son patient ou de sa patiente en utilisant les doses et les techniques propres à l’atteinte des objectifs exprimés. Dans la très vaste majorité des cas il en résultera des résultats parfaitement naturels qui préservent leur mobilité aux expressions du visage.

5-Effets indésirables liés à une réaction immunitaire

Les réactions allergiques au Botox sont extrêmement rares et malgré des millions de traitements dispensés chaque année dans le monde il n’existe que quelques cas d’allergie grave documentée.

En de très rares occasions, on assistera à l’apparition chez un patient d’anticorps neutralisants. Ces anticorps ne provoquent aucun malaise ni réaction visible chez la personne touchée; cependant, ils entrainent une diminution progressive de l’intensité et de la durée de l’effet obtenu. Les utilisations répétées de doses élevés semblent prédisposer à l’apparition d’anticorps neutralisants.

6-Céphalée et symptômes grippaux

Certaines personnes sont affectées d’un mal de tête suite à un traitement Botox ou sont affligés de légers malaises semblables à ceux éprouvés lors d’une infection virales (fatigue, douleurs musculaires). Ces conditions sont peu fréquentes et de faible intensité, ne durent habituellement que quelques heures et répondent généralement à la prise d’ibuprofen (Advil Motrin) ou d’Acétaminophene (Tylénol, Atasol, etc).